Entre l'an 2000 et 2005 je me suis entièrement consacré au travail du portrait.
Depuis l'adolescence, j'ai toujours adoré dessiner et peindre des portraits, aussi des autoportraits.
Comme, pendant mes études, il m'a été nécessaire d'explorer de façon plus profonde la peinture gestuelle et (soit-disant) 'abstraite', j'ai mis de côté mon travail de recherche sur le portrait.
Puis, en arrivant en France en 1999, j'ai ressenti un grand désir intérieur d'explorer à nouveau le portrait, cette fois-ci dans le contexte de l'actualité du monde d'aujourd'hui.
J'avais été particulièrement touché par certaines photos venant de zones de guerres que je voyais dans les médias: photos d'enfants dans des camps de réfugiés d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du sud, d'ex-Jugoslavie, d'Inde et d'autres pays. Je me  confontai à leur réalité en voulant en même temps leur donner une place dans l'art contemporain.
Cette recherche aboutit en dix séries de portraits inspirés de ces photos.
Puis j'y ai intégré la feuille d'or.
La dernière série de portraits a été réalisée pendant un séjour de trois semaines à Hajos en Hongrie. J'avais été invité par le Conseil Général de la Vienne et la Région Poitou-Charentes à participer à une rencontre internationale d'artistes accueillis par la famille et l'équipe du mézène Albert Alföldi et l'artiste italien Matteo Massagrande. 
Les formats des dix série varient entre 25x35cm et 60x65cm.
On m'a souvent demandé si j'avais travaillé avec des photocopies, car certains tableaux sont plus photoréalistes que d'autres -  tout est dessiné à la main sans aucun moyen mécanique ou éléctronique/informatique. Je donne une très grand importance à la spontanéité qui s'exprime par mes gestes et je ne voulais pas utiliser de racourcis techniques, que je trouve souvent froids et sans âme, pour parvenir plus rapidement aux resultats photoréalistes.

 
Diaporama